Accueil Urgences Pharmacie Informations légales Conseils Liens utiles Nous contacter Faire un don

   

 
Recherche personnalisée

 

 

Femme avec un rhume ou une allergie par Vera Kratochvil

Fiche conseil:
Allergies






Rédigé par AS Delepoulle
(Dr en pharmacie)
Dernière mise à jour le: 18/03/2015
 
   
   
 

Qu'est-ce que l'allergie?

L'allergie ou hypersensibilité est une réaction anormale, inadaptée, exagérée et excessive du système immunitaire, consécutive à un contact avec une substance étrangère (le plus souvent) à l'organisme que l'on appelle: « antigène ou allergène ». L'allergène est habituellement bien toléré par la majorité de la population.

Il existe cinq types d'allergies :

On différencie trois types d'allergènes :

 

- Les pneumallergènes ou allergènes aéroportés (acariens, pollens, moisissures, poils d'animaux domestiques). La rhinite allergique est la manifestation la plus classique. Elle peut se compliquer en asthme ou en alvéolite
- Les trophallergènes (arachides, œuf, lait). la dermatite
atopique est la manifestation la plus classique de l'allergie alimentaire de l'enfant
- Les allergènes chimiques (venin d'insectes,
aspirine, nickel, chrome, formol, latex, médicaments).

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, les allergies se situent au sixième rang des maladies dans le monde. Plus d'un enfant sur cinq est allergique.

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         

Comment dépister les allergies?

La démarche diagnostique dépend des symptômes, de l'âge du patient et de l'allergène suspecté
 

Le saviez-vous?

Arrêter le traitement avant les tests pour éviter les faux négatifs
Antihistaminiques H1

4 jours

Antihistaminiques anti-H2

24 heures
Corticoïdes 2 jours
Kétotifène (Zaditen) 4 semaines
Oxatomide (Tinset) 5 semaines
Les corticoïdes par voie inhalée ou par voie générale en cure courte, les bronchodilatateurs et le cromoglycate (Hypostamine®) ne nécessitent pas d'interruption de traitement

 

  • Interrogatoire et enquête
  • Tests cutanés ou prick-tests. Un test positif démontre la sensibilisation à un allergène mais ne prouve pas sa responsabilité dans la survenue des symptômes.
  • Patch-tests
  • Dosage des IgE spécifiques dirigés contre certains allergènes ou RAST
  • Tests de provocations
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Comment prévenir les allergies ?

© Adam Borkowski | Dreamstime.com

  • Préférer l'allaitement au sein, ou à défaut, l'utilisation d'un lait hypoallergénique
  • Retarder la diversification alimentaire (attention aux œufs, fraises, fruits exotiques...).
  • Eviter l'excès d'hygiène pendant la grossesse*. Le contact de certaines bactéries avec le fœtus (vie à la ferme, animaux domestiques...) pourrait inhiber le développement de cellules immunitaires responsables de différentes manifestations allergiques.* European Respiratory Journal Septembre 2008:32(3):603-11
  • Pensez à la vitamine D pendant votre grossesse car chez les nouveau-nés carencés en vitamine D, on détecte un niveau bas d'interleukine 10, régulateur central de l'apparition d'une allergie.
  • Facteurs protecteurs: vie dans une ferme, consommation de lait cru et d'aliments fermentés, une faible utilisation d'antibiotiques durant la petite enfance.

Éliminer les allergènes

Connaitre la liste des allergènes pour lesquels vous êtes allergique, indiquez le à votre entourage, à votre médecin, en cas d'hospitalisation...
Lutter contre les acariens Consulter notre fiche conseil: Acariens
En cas de "rhume des foins":
  • fermer les fenêtres . Sortez juste après une pluie (la concentration en pollen dans l'air est moins forte à ce moment là).

  • Portez des lunettes de soleil pendant les périodes de floraison pour éviter les conjonctivites allergiques.

  • Choisir les destinations les moins riches en pollen pour vos vacances (montagne ou bord de mer).

  • Lavez vos draps et taies d'oreiller une fois par semaine, lavez souvent vos cheveux (surtout s'ils sont longs) pour éliminer toute trace de pollen

Allergie aux piqures d'insectes et aux morsures d''animaux
  • Repérer les nids de guêpe (sol, vieux troncs d'arbres, sous les toits), appeler les pompiers pour les faire détruire.
  • Rester à distance des ruches.
  • Évitez ce qui attire les insectes: aliments sucrés, parfums, alcool, sueur, bruits et couleurs sombres. Se méfier des cannettes de soda métalliques car il n'est pas possible de voir ce qu'elles contiennent avant de boire. Ne jamais bouger brusquement quand un insecte s'approche.
  • Pour jardiner: porter des gants, des chaussures et des vêtements couvrants (chemise dans le pantalon, pantalon dans les chaussettes), en évitant les vêtements très amples susceptibles d'emprisonner un insecte.
  • Ne pas marcher pieds nus dans l'herbe
  • Pour les personnes allergiques, procéder avant l'été à une cure de désensibilisation.
  • Avoir une seringue pour aspirer le venin de serpent ou d'insectes type Aspivenin® à portée de main.
  • Consulter aussi notre fiche conseil: Piqures d'insectes, morsures d'animaux
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Que faire si on est allergique?

  • Garder toujours avec vous une trousse d'urgence.
  • Avoir toujours 2 auto injecteurs (pour effectuer éventuellement une seconde dose)
  • Rapprochez-vous des associations de patients: elles possèdent des données sur les les produits et diffusent des alertes d'allergovigilance.
  • Portez toujours sur vous une carte d'allergique et munissez vous d'un guide de traduction spécifique à votre allergie si vous partez à l'étranger
  • Parlez-en le plus possible autour de vous
  • Engagez si besoin un plan d'accueil individualisé avec l'établissement scolaire accueillant votre enfant allergique
  • Apprenez à votre enfant à reconnaitre les premier signes d'une crise, à utiliser un auto injecteur dès qu'ils en sont capables
  • Lire les étiquettes des denrées alimentaires, les notices des médicaments (attention aussi aux excipients à effet notoire), se méfier aussi des cosmétiques (huile d'amande douce, conservateurs, parfums,...)
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Les allergies médicamenteuses

Parmi les effets indésirables des médicaments, les réactions allergiques sont les plus redoutées, car leur apparition est souvent brutale. Ces effets secondaires peuvent se manifester de façons très variables et toucher tous les organes, notamment la peau.

Selon des données récentes, un Français sur dix présenterait ou aurait présenté au cours de sa vie une allergie à un médicament.

Mécanisme d'action: En fait, plutôt que d’allergies à proprement parler, il s’agit le plus souvent de réactions d’hypersensibilité. Ces affections impliquent une intervention du système immunitaire face à la substance à l'origine de l'allergie, appelée l'allergène. L'allergène médicamenteux entraine une réponse spécifique de la part du système immunitaire (phase de sensibilisation), puis apparaissent des manifestations cliniques après une sensibilisation de plusieurs jours, ou lors d'une exposition ultérieure. L'organisme se met à lutter alors contre une substance qui lui étrangère ou contre une structure de l'organisme sur laquelle s'est fixé le médicament.

Les mécanismes mis en jeu dans ces allergies aux médicaments impliquent souvent une production excessive d'anticorps de classe E, lesquels vont libérer des médiateurs de l'allergie comme l'histamine, à l'origine des troubles cliniques.

Comment se manifeste l'allergie aux médicaments?

© Martin Allinger | Dreamstime.com

Les réactions allergiques aux médicaments les plus courantes sont des réactions de type immédiate comme : l'urticaire, l'asthme ou dans le pire des cas un choc anaphylactique.

Il peut également se produire avec certains médicaments des allergies de type retardée, cette dernière est plus dangereuse et peut mener à une destruction de cellules sanguines (agranulocytose) et osseuses.

La réaction allergique aux médicaments peut se manifester par :

  • Une réaction cutanée (urticaire, exanthème, rash, eczéma, décollement cutané) ;
  • Des signes digestifs tels que des vomissements ;
  • Manifestations bronchiques (toux, congestion nasale, éternuements...) ;
  • Une irritation oculaire (conjonctivite allergique);
  • Voire un œdème du larynx ou un choc anaphylactique avec effondrement de la pression artérielle.
  • Fièvre, gonflement des articulations, maladie sérique, attente hépatique, atteinte cardiaque, aplasie médullaire... (par formation d'immun complexes)

Comment déterminer le risque d'allergie médicamenteuse?

Ces réactions immunitaires relèvent de mécanismes intimes variés, dont on ne pas en prévoir l'existence par l'expérimentation animale, ni prévoir chez quels sujets (hormis ceux qui l'ont déjà présenté une fois) ils se développeront, certaines personnes se sensibilisant, d'autres non.

Les allergies médicamenteuses ne sont pas liées à la dose de médicament reçue, sont souvent imprévisibles et peuvent entrainer la mort en cas de choc anaphylactique.

Quels sont les médicaments responsables?

Mécanisme immuno-allergique
  • antalgiques: noramidopyrine, amidopyrine, phénylbutazone. Il existe plusieurs classes chimiques d'AINS (ouvrir les pages jaunes du Vidal), certaines étant plus immunogènes que d'autres.
    Les réactions immuno-allergiques sont plus fréquentes et graves pour les « pyrazolés » (utilisation très limitée). Le premier de la classe des « oxicams » a été supprimé en raison de ce type de risques. Parmi les plus récents, les inhibiteurs dits spécifiques de la Cox 2, peuvent présenter d'autres risques : à titre d'exemple, le celecoxib (Celebrex
    ®) contient un radical sulfamidé (voir anti-infectieux) et comme tel, pourrait introduire un risque potentiel chez les sujets présentant un antécédent allergique aux sulfamides.

  • antiépileptiques: phénytoïne, primidone, barbiturique

  • Médicaments cardio-vasculaires: quinidine, captopril, ticlopidine, propanolol

  • Antibiotiques: pénicillines, céphalosporines, sulfamides

Mécanisme toxique

Par ailleurs, les produits iodés de contraste (utilisés pour certains examens radiologiques), les curares (utilisés en anesthésie), les extraits allergéniques  (utilisés dans le cadre de désensibilisations) peuvent également être source d'allergies, parfois sévères.

Que faut-il faire en cas de suspicion d'allergie médicamenteuse ?

© Tibor Varga | Dreamstime.com

Si vous suspectez l'existence d'une allergie à un médicament, il est indispensable d'en parler le plus rapidement possible à votre médecin. Comme dans toute allergie, la multiplication des contacts avec la substance allergisante augmente le risque de développer une réaction grave. Le médicament n'est peut-être pas indispensable ou peut être remplacé par un autre sans danger.

Le traitement est une urgence médicale et se fait en milieu hospitalier.

  • En premier lieu, on supprime tous les médicaments, on effectue une surveillance biologique et clinique.

  • Une enquête de pharmacovigilance sera mise en place par un médecin allergologue afin de déterminer à quel médicament ou à quelle classe de médicaments vous êtes allergique (tests cutanés, test de provocation...)

Que faire en cas d'allergie avérée à un médicament?

  • Pensez à porter une carte répertoriant les médicaments à l'origine d'allergie

  • Ne plus prendre les médicaments responsables à vie. On pourra aussi vous proposer de prendre un produit antihistaminique ou des corticoïdes avant d'administrer le médicament lorsque celui-ci est totalement indispensable, ce pour éviter tout risque de réaction allergique grave.

  • Proscrire toute automédication

Voir aussi, liens utiles
© Vladyslav Starozhylov | Dreamstime.com http://allergies.comprendrechoisir.com/comprendre/allergie-medicamenteuse
http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/allergies/19_les-allergies-aux-medicaments.php3#conseils-lorsque-vous-suspectez-une-allergie-a-un-medicament

Voies de recherche sur l'allergie médicamenteuse

La réactivation ou l'infection par certains virus type virus herpétique, et/ou du virus d'Epstein-Barr; en stimulant le système immunitaire du sujet infecté au niveau des lymphocytes T CD8+, en particulier augmenterait conjointement le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse à la carbamazépine, l'allopurinol ou le sulfaméthoxazole. L'organisme ne réagirait pas contre le médicament, mais contre l'infection virale induite par le médicament. Cette découverte, permettait d'avoir recours conjointement à l'éviction du médicament en cas d'hypersensibilité, à une thérapie antivirale.*

* Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms (DRESS): A Multiorgan Antiviral T Cell Response

                                                 
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
         
 

Attention aux allergies croisées!

Si vous êtes allergique à un aliment ou à un autre allergène (pollen, latex), vous pouvez développer de l'allergie à un autre allergène qui possède une homologie immunochimique.
Les allergies croisées se rencontrent le plus souvent chez l'adulte
Aliments/ aliments Il peut exister une allergie croisée entre les légumes et les fruits
Aliments/ pollens En cas d'allergie aux pollens, on peut voir apparaitre une allergie croisée entre
  • bouleau et groupe des rosacées (abricot, pêche, pomme, poire, prune, cerise...), amandes et noisette
  • armoise ou ambroisie et cèleri ou carotte, certaines épices, cucurbitacées
  • acariens et crevette ou escargots, moules
Aliments/ latex En général, c'est la sensibilisation au latex qui précède l'allergie alimentaire. Ce type d'allergie croisée peut se manifester par une crise d'asthme, un choc anaphylactique... Les aliments incriminés sont l'avocat, le kiwi, la banane et la châtaigne...

                                 
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
         
                 

Voir aussi, liens utiles

© Vladyslav Starozhylov | Dreamstime.com
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Comment traiter l'allergie?

Traitement préventif

Eviction et désensibilisation
  • L'éviction de l'allergène est le traitement de base de toutes les allergies.
  • Éviction des allergènes et désensibilisation (immunothérapie spécifique). La désensibilisation n'existe pas pour les allergies alimentaires.
  • Utilisez un spray nasal faisant barrière aux allergènes (Spray nasal Allergies Pharma Référence®, Prévalin®...)

  • En cas d'allergie de contact avec une éviction impossible de l'allergène, utiliser des crèmes isolantes ayant un effet barrière: Uriage Bariéderm®

Antihistaminiques

Kétotifène

Sous l'influence de phénomènes allergiques, l'histamine est libérée avec d'autres médiateurs lors de la dégranulation des mastocytes tissulaires (peau, intestin, foie, bronches, tumeurs) et des basophiles circulants. L'histamine exerce ses différents effets biologiques en activant des récepteurs membranaires spécifiques. Les récepteurs H1 se localisent essentiellement au niveau des muscles lisses, de l'endothélium vasculaire, des leucocytes et des cellules nerveuses cérébrales ou périphériques, alors que les récepteurs H2 sont plutôt retrouvés au niveau de l'estomac et du cœur.
  • Les antihistaminiques de première génération sont également des antagonistes compétitifs des récepteurs muscariniques de l'acéthylcholine et présentent donc des effets anticholinergiques (dexchlorphéniramine, prométhazine, hydroxyzine). Ces molécules ont des effets indésirables de type atropinique et sont contre indiqués dans le glaucome à angle étroit et les troubles urétroprostatiques.
  • Les Anti-H1 de deuxième génération, non anticholinergiques: Mizolastine (Mizollen®), Cétirizine (Zyrtec®, Actifed® Allergies, Humex® Allergie cétirizine, Zyrtecset...), Desloratadine (Aerius®, Humex® Allergie Loratadine), Méquitazine: (Primalan®), Ebastine (Kestin®, Kestinlyo®),Kétotifène (Zaditen®), Rupatadine (Wystamm®), Bilastine (Inorial®).  Les antihistaminiques sont des médicaments purement symptomatiques, inhibiteurs compétitifs de l'histamine au niveau des récepteurs H1 périphériques (peau, vaisseaux, muqueuses conjonctivales, nasales, bronchiques et intestinales). Ils inhibent ainsi l'effet vasodilatateur et l'augmentation de la perméabilité capillaire à l'origine des réactions œdémateuses. Il ne sont en général pas sédatifs, en raison de l'absence de passage de la barrière hémato-encéphalique. Leur demi-vie plasmatique est longue permettant, en principe, une seule administration quotidienne. Attention, ne pas prendre ces comprimés avec du jus de pamplemousse. A utiliser avec prudence chez les patients présentant un allongement de l'espace QT. Ils ne doivent être utilisés que durant quelques jours en l'absence d'avis médical.
  • Cromoglycate (Hypostamine®): inhibiteur de la dégranulation des mastocytes.

Pour en savoir plus, consulter les rubriques spécifiques: rhinite allergique, dermatite atopique, asthme, urticaire, eczéma, conjonctivite allergique ...

Corticoïdes Les glucocorticoïdes agissent de façon très efficace dans le traitement des allergies et dans le traitement de l'asthme.

Mécanisme d'action: les corticoïdes augmentent la synthèse des lipocortines capables d'inhiber les prostaglandines et les leucotriènes (médiateurs de l'inflammation et de la douleur).

Formes galéniques: on les retrouve en pulvérisation nasale (rhinite allergique), en système d'inhalation pour le traitement de l'asthme, sous forme de topiques (lotions, crèmes, pommades) dans le traitement de l'eczéma, en comprimés ou sous forme injectable dans les formes sévères d'allergie.

Voie orale:

Les corticoïdes par voie orale (prednisone, prednisolone, méthylprednisone, bêtaméthasone) sont indiqués dans les réactions allergiques sévères comme l'œdème de Quincke, l'urticaire géante, des rhinite allergique sévères, de l'asthme ou de choc anaphylactique à dose élevée en complément de l'adrénaline. C'est une corticothérapie de courte durée qui est prescrite à raison de 1 à 2mg/kg/j de prednisone en une prise le matin pendant moins de 10 jours. Dans ce cas, un arrêt brutal est autorisé et le traitement ne nécessite pas de surveillance particulière. Ils doivent néanmoins être utilisés avec prudence chez l'enfant et la femme ménopausée, mais aussi en cas d'antécédent d'ulcère, d'hypertension artérielle, de diabète, d'ostéoporose ou d'infection bactérienne. L'administration d'antiacides (à intervalle de 2h des corticoïdes) ou d'inhibiteurs de la pompe à proton est quasi systématique avec un traitement corticoïde par voie orale.

Voie cutanée:

Les dermocorticoïdes sont très efficaces dans le traitement de la dermatite atopique ou eczéma, ou en cas d'urticaire géante. On les différencie en plusieurs classes selon des tests de vasoconstriction cutanée

  • Dermocorticoïdes de classe I (très puissants): clobétasol (Dermoval®), bétamétasone (Diprolène®)
  • Dermocorticoïdes de classe II (puissants): désonide (Locatop®), bêtaméthasone dipropionate (Diprosone®), diflucortolone (Nérisone®) ...
  • Dermocorticoïdes de classe III (assez puissants): Désonide (Locapred®, Tridésonit®)
  • Dermocorticoïdes de classe IV (action modérée): hydrocortisone (Cortisedermyl®, Cortapaisyl®, Dermofénac®...). Ces derniers ne nécessitent pas de prescription médicale.

Effets indésirables des dermocorticoïdes: infections cutanées, amincissement de la peau, pseudo-cicatrices, vergetures, retard de cicatrisation, hypertrichose (excès de poils). Chez l'enfant, possibles effets généraux par passage sanguin (syndrome cushingoïde, ralentissement de la croissance, insuffisance surrénalienne en cas d'arrêt brutal du traitement)

Voie nasale:

Les corticoïdes par voie nasale (béclométasone, triamcinolone, normétasone, budésonide...) constituent un traitement de première intention dans les formes modérées à sévères de rhinite allergique. Ils sont efficaces sur la congestion nasale, le prurit et les éternuements. Les corticoïdes de dernière génération ne nécessitent plus qu'une seule administration par jour.

Voie injectable:

Les corticoïdes par voie injectable (méthylprednisolone, bêtaméthasone, triamcinolone...)  sont réservés aux cas d'urgence, aux formes sévères d'allergies ou en cas d'asthme en cas d'échec du traitement par le voie orale.

Le saviez-vous? 

En cas de traitement prolongé à fortes doses par voie orale (> 0,5mg/kg/j), ou en cas d'hypertension artérielle, un régime alimentaire riche en protides, calcium, potassium, pauvre en glucides, lipides et sodium doit être suivi


Le saviez-vous? 

Les dermocorticoïdes de classe I et II doivent être utilisés sur des périodes courtes et sur de faibles superficies. Ils doivent être considérés comme un traitement d'attaque. Un relais doit être rapidement assuré par un corticoïde de classe inférieure.

Pour le visage, les nourrissons, les enfants et en cas de lésions cutanées étendues, il faut préférer les corticoïdes de classe III et IV.

1 à 2 applications par jour pendant 8 à 10 jours. Arrêter progressivement l'application afin d'éviter les phénomènes de rebond.

Les pommades grasses sont indiquées pour les dermatoses sèches ou hyperkératosiques, les crèmes pour les lésions suintantes et les gels, lotions ou sprays pour les plis, cuir chevelu, régions pilaires et les muqueuses

Antileucotriènes En s'opposant aux leucotriènes médiateurs de l'inflammation, les antileucotriènes (Montélukast = Singulair®) sont indiqués dans l'allergie.

Ils sont surtout utilisés dans le traitement de l'asthme, en association aux bêta-2 mimétiques

Stabilisateurs de membrane Les cromones (cromoglicate de sodium et nédocromil), le kétotifène (Zaditen), agissent comme des stabilisateurs de la membrane des mastocytes, empêchant ainsi leur dégranulation et le déversement dans la circulation de médiateurs de la réaction allergique.

Ces molécules sont indiquées dans la prévention de l'asthme allergique, de la rhinite et de la conjonctivite allergique. On les retrouve sous forme de sirops, de comprimés, ou de collyres.

Probiotiques

En protégeant la flore intestinale, les probiotiques stimulent le système immunitaire et ont une action positive sur la prévention de la dermatite atopique

Traitement curatif

Adrénaline ou éphédrine Anapen®, Jext® Traitement de choix du choc anaphylactique chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans = traitement d'urgence (lorsque l'usage des antihistaminiques n'a pas permis d'enrayer la crise).

Il s'agit d'une seringue pré remplie d'adrénaline contenue dans un dispositif d'auto injection à usage unique. L'injection se fait en intramusculaire (zone antérolatérale de la cuisse et non dans le fessier), elle peut être pratiquée à travers le vêtement, s'il s'agit d'un tissu léger. Maintenir en position pendant 10 secondes avant de retirer l'aiguille. La zone d'injection peut être massée pendant 10 secondes suivant l'administration. Celle-ci peut être répétée selon la gravité des symptômes à la dose de 0,15 à 0,25mg chez l'enfant et 0,3 à 1mg chez l'adulte sous un délai de 15 à 20 minutes. Les effets se manifestent dans les 3 à 5 minutes qui suivent l'injection.

Un suivi médical est indispensable après administration. En cas de résistance à l'adrénaline: noradrénaline, dobutamine et hospitalisation en réanimation.

Trousse d'urgence

En cas d'allergie alimentaire chez l'enfant avec réaction anaphylactique, une trousse d'urgence  ( Anapen®, Jext®) à la maison et pour l'école sont indispensables

Corticoïdes Les corticoïdes par voie orale (prednisone, prednisolone, méthylprednisone, bêtaméthasone) sont indiqués en cas de choc anaphylactique à dose élevée en complément de l'adrénaline
En cas de bronchospasme Bêta 2 mimétiques (Ventoline®), Bromure d'ipatropium (Atrovent®) = anticholinergique, en association à l'adrénaline dans les cas sévères.
Crises d'urticaire aigues Antihistaminiques injectables

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Médicaments, horaires alimentation

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Soigner l'allergie par Oligothérapie

© Annette Shaff | Dreamstime.com Oligosol®

Manganèse

  • la posologie peut varier de 1 prise par semaine à 2 prises par jour. Au départ, la prise de manganèse peut accentuer les phénomènes allergiques de façon transitoire mais importante; cela montre une réponse positive au traitement mais nécessite sa suspension pendant une dizaine de jours.
  • L'oligoélément est ensuite repris à la posologie de une prise toutes les une à deux semaines, en association à du phosphore, élément complémentaire des oligoéléments de base manganèse, manganèse-cuivre, cuivre-or-argent (une prise par jour).
Oligosol®

Soufre

Le manganèse peut être associé à du soufre en cas d'épisodes allergiques récidivants, au magnésium en cas de stress associé (facteur déclenchant)

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Oligothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Prévenir et soigner l'allergie par homéopathie

Un traitement homéopathique peut être utile pour prévenir l'allergie et peut accompagner un traitement, mais ne doit pas se substituer au traitement classique surtout si les signes sont graves (œdèmes, difficulté respiratoire...)


Drainage homéopathique

Pyrolusite D8 permet de déchélater le manganèse endogène intervenant contre l'allergie. Prendre une ampoule en sublingual un jour sur 2
Plus d'infos sur Lithothérapie

Traitement curatif spécifique

Rhume des foins
  • Sabadilla 5CH 3 granules 5 à 6/jour pour lutter contre les éternuements
  • Poumon histamine 9CH associé à

  • Pollens 15CH  5granules 4/jour

Conjonctivite allergique
  • Homéoptic: collyre 1 dosette 2 à 3 fois par jour
  • Euphrasia 5CH 3 granules 5 à 6/jour en cas d'irritation et de gêne oculaire. Larmoiement corrosif
  • Allium cepa 5CH 3 granules 5 à 6/jour en cas de larmoiement important
Allergie au soleil = Lucite estivale Muriatic acidum 5CH éruptions érythémateuses et œdémateuses ou papulovésiculeuses, prurigineuses et brulantes, déclenchées par le soleil

Associé à une ou 2 souches suivantes en fonction des symptômes:

  • Apis 9CH : érythème rose d'allure urticarienne amélioré par les applications froides.
  • Urtica urens 7CH : Même tableau que Apis mais aggravé par le toucher et l'eau froide. Prurit amélioré par l'application du chaud.
  • Belladonna 7CH : Peau rouge chaude, douloureuse avec érythème rappelant la scarlatine. La peau est parfois déformée par l'œdème.
  • Histaminum 9CH 1 dose s'il s'agit d'une poussée urticarienne.
Allergie aux aliments Histaminum 9CH 1 dose s'il s'agit d'une poussée urticarienne.
Chininum arsenicosum: en cas d'allergie à l'œuf chez l'enfant se manifestant par de la diarrhée. A associer avec Raphanus et Ovi gallinae pellicula 9CH
Œdème Apis mellifica 5CH 3 granules 5 à 6/jour

Traitement préventif ou désensibilisation par homéopathie = Isothérapie

Préparation des allergènes Si l'on connait l'allergène, il est possible de procéder à une désensibilisation par homéopathie
  • Allergie aux pollens: "Pollens" est un médicament homéopathique contenant un mélange de pollens responsables de la majorité des allergies au pollen.
  • Allergie aux médicaments: le médecin, dans sa prescription doit utiliser la DCI (Dénomination commune internationale). Exemple de prescription : Hétéro Isothérapique Paracetamol 5 CH, 3 granules par jour. Le laboratoire homéopathique fabriquera la préparation à partir de la molécule active du médicament
  • Autres types d'allergies : poussières de maison, poils d'animaux, allergies alimentaires, allergies médicamenteuses, allergies professionnelles, il faut isoler la substance responsable, la recueillir, et faire fabriquer les médicaments par le laboratoire d'homéopathie.
Posologie classique Sucer lentement 3 granules par jour
  • en 5 CH durant une semaine
  • idem en 7 CH la semaine suivante
  • idem en 9 CH la semaine suivante
  • idem en 12CH la semaine suivante
  • idem en 15CH la semaine suivante
  • idem en 30CH la semaine suivante

Ce traitement pourra être répété 2 ou trois fois en laissant 2 à trois mois d'intervalle libre entre chaque cure.

Cas particuliers
  • Allergie aux pollens: Pollens est une préparation contenant un mélange de pollens responsables de la majorité des allergies au pollen. Prendre en préventif: Pollens 15CH  1 dose par semaine pendant 1 mois + 1 dose 1 mois après + Poumon histamine 15CH 5 granules le soir pendant toute la période exposée
  • Allergie aux piqures d'abeilles: Apis mellifica (abeille entière) à prendre en préventif en respectant le schéma posologique classique. De plus, les expériences montrent que l'on est moins piqué si l'on prend le traitement préventif complémentaire suivant: Ledum palustre 5CH  3 granules avant de s'exposer (Apiculteurs par exemple). Poumon histamine 15CH 5 granules le soir pendant toute la période exposée.
  • Allergie au soleil =  Lucite estivale: Apis 9CH : 1 dose le jeudi+ Natrum muriaticum 9CH : 1 dose le dimanche à débuter au moins 3 à 4 semaines avant l'exposition solaire.
  • Allergie aux aliments: En plus de la prise de l'isothérapique selon le schéma classique, associer Histaminum 9CH 1 dose par semaine

Dans tous les cas, une consultation par un médecin homéopathe est nécessaire pou obtenir un maximum d'efficacité du traitement préventif

Avant de prendre de l'homéopathie, consultez notre fiche conseil : Homéopathie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Remède de l'allergie par phytothérapie

  S'assurer de l'absence d'allergie aux plantes 
Plantain
(Plantago lanceolata)
Plante anti-inflammatoire et anti-allergique en utilisation externe. Dioscoride le préconisait pour soigner les dermatoses. Les feuilles de plantain contiennent des mucilages adoucissants, des iridoïdes et des dérivés du phénylpropane. Elles présentent des effets anti-inflammatoires in vitro, mais les effets sont controversés in vivo.

 

Utilisation: Infusion prolongée (20 minutes minimum) de 100 g de feuilles de plantain par litre d'eau.

 

Le plantain est aussi indiqué chez les asthmatiques.

Bouillon blanc
(Verbascum thapsus)
Plante anti-inflammatoire, cette plante est un bon calmant pour les asthmatiques.
Infusion de 20 à 30 g de fleurs par litre d'eau pendant 10 minutes. Attention filtrer impérativement la tisane afin d'enlever les poils des fleurs qui irriteraient la gorge
La décoction de 30 à 60 g par litre d'eau peut s'utiliser en bains de siège en cas d'irritations, de prurit, de brulures ou d'eczéma...
Desmodium (Desmodium adscendens) Plante Anti-anaphylactique

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Phytothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Prévenir l'allergie par gemmothérapie

  Les bourgeons de cassis (Ribes nigrum) Le macérât glycériné de bourgeons de cassis est intéressant contre la phase primaire de l'inflammation.
Les bourgeons de cassis stimulent la corticosurrénale, activent les macrophages et permettent la maturation globale du système immunitaire dans la prévention des maladies chroniques.
De par son action "cortisone like", il est préférable de la prendre le matin au réveil pour respecter la chronobiologie de la surrénale. Il peut être donné aux jeunes enfants comme aux adultes  à la posologie de 1mg/Kg/jour  le matin chez l'enfant et 50 à 100 gouttes le matin pour un adulte.

Les bourgeons de romarin
(Rosmarinus officinalis) macérât glycériné 1DH sont indiqués dans les allergies et les défenses immunitaires. Ils sont aussi actifs dans la protection hépatique.

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Gemmothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Agir sur l'allergie par aromathérapie 

Mise en garde!
Les huiles essentielles étant potentiellement allergisantes, leur utilisation doit être réalisée après vérification qu'aucune allergie à ces huiles essentielles n'existe (dépôt d'une goutte d'HE au niveau du pli du coude et recherche de l'absence de rougeur dans les 30 minutes qui suivent...). Attention toute cure d'aromathérapie sera suivie au maximum pendant 3 semaines. Respecter une fenêtre thérapeutique d'une semaine entre 2 cures si besoin. 3 à 4 cures sont possibles durant la période hivernale.

HE Camomille

Le chamazulène obtenu par distillation de la camomille est un antihistaminique très puissant, ainsi qu'un anti-inflammatoire de terrain.

L'huile essentielle de lavande aspic Cette huile essentielle est parfois conseillée, diluée dans une huile végétale, en application sur les eczémas ou les urticaires.

HE Estragon (Artémisia dracunculus) Cette huile essentielle est parfois recommandée pour traiter le terrain allergique à raison de 2 ou 3 gouttes par jour à avaler sur un support (sucre ou comprimé neutre). Toutefois, aucune étude clinique ne justifie cet usage.

Contre indiqué chez les enfants de moins de 12 ans, déconseillé pendant la grossesse et l'allaitement

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Aromathérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Agir sur l'allergie par nutrithérapie

Les compléments alimentaires peuvent améliorer les signes de l'allergie. Ils sont indiqués dans les allergies alimentaires, les allergies cutanées, mais aussi pour les rhinites allergiques...
Ils contiennent des probiotiques, des plantes, des oligoéléments, des oméga-3.

Probiotiques Lactibiane Tolérance®, Ergyphilus Plus®, Ergyphilus enfant®

La flore intestinale, composée d'une multitude de bactéries joue le rôle de barrière, empêchant certains éléments tels que les toxines ou les allergènes de pénétrer dans l'organisme.

Quand elle est déséquilibrée, la muqueuse intestinale est dite "perméable" et laisse passer des protéines imparfaitement digérées, provoquant allergies et/ou intolérances alimentaires. Prendre 1, 2 à 4 gélules ou 1 sachet par jour selon les fabricants par jour à distance des repas.

Pour en savoir plus, consulter notre fiche conseil : Probiotiques

Plantes et oligoéménts
Zantial...
Ces compléments alimentaires permettent d'améliorer les symptômes liés à la rhinite allergique ou à la conjonctivite allergique. Ils sont composés de:
Plantes: Rhodiola rosea, tilleul, olivier,
Vitamines:  Vitamine C, Co enzyme Q10, Vitamine E
Oligoéléments: soufre, Zinc , Manganèse, Cuivre, Sélénium
Huiles végétales: onagre, Huiles de poisson riches en EPA/DHA

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Compléments alimentaires

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
         
         
       

Quand faut-il consulter un médecin?

Surveiller les signes suivants

Œdème de Quincke L'œdème de Quincke est le gonflement (œdème) rapide de la peau, des muqueuses et des tissus sous-muqueux. Il est souvent associé à un urticaire, prurit palmoplantaire et/ou à une rougeur conjonctivale. Si l'œdème progresse rapidement, il faut le traiter comme une urgence car il y a risque d'étouffement.
Choc anaphylactique
Le choc anaphylactique se manifeste par une chute de la pression artérielle, une accélération du rythme cardiaque (tachycardie) et des vertiges. S'y associent des troubles respiratoires (dyspnée, cyanose), des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées), troubles de la déglutition (dysphagie, stagnation de la salive dans la bouche). Le sujet présente une grande angoisse et des sueurs.

Attention, un choc anaphylactique peut être mortel en une vingtaine de minutes par arrêt circulatoire qui désamorce la pompe cardiaque, ou par un spasme majeur au niveau des bronches, entrainant un état d'asphyxie, ou encore par œdème pulmonaire.

Que faire en cas d'urgence?

 

  • Stopper l'administration ou le contact avec l'allergène présumé
  • Allonger le patient, relever les jambes afin de favoriser la perfusion cérébrale (sauf en cas d'asthme)
  • Commencer l'injection intramusculaire d'adrénaline le plus rapidement possible Anapen®, Jext® : à injecter en intramusculaire au niveau de la fesse ou de la cuisse.
  • Tel d'urgence au 15 depuis un tel fixe ou 112 depuis un tel portable

© Tibor Varga | Dreamstime.com

Si vous avez eu recours à Anapen® ou à jext®, un suivi médical est indispensable

Faites un bilan avec votre médecin traitant ou un allergologue pour déterminer la liste des allergènes en cause.

Dans ces cas, une consultation médicale s'impose
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ALLERGIES »

 
 



Index juridique

Déclaration d'intérêts: L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

Cet espace de conseils sur les médicaments et la santé ne remplace en aucun cas le diagnostic et les conseils d'un médecin ou d'un pharmacien.

Les informations mises à jour et publiées sur ce site sont à titre strictement indicatifs. Il ne faut en aucun cas utiliser ces informations à but de diagnostic. Nous ne pourrons pas être tenu responsable d'une mauvaise interprétation de son contenu ni de l'état de santé du lecteur, qu'il soit antérieur ou ultérieur à la consultation de ces fiches conseil.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Sites de santé de confiance certifiés HONcode: