Accueil Urgences Pharmacie Informations légales Conseils Liens utiles Nous contacter Faire un don

   

 
Recherche personnalisée

 

 

Angor, Angine de poitrine, Infarctus du myocarde

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par AS Delepoulle

(Dr en pharmacie).

Dernière mise à jour le : 08/02/2015

 
   
   
 

Qu'est-ce que l'angor?

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Le mot angor vient du latin "angor pectoris" signifiant: constriction de la poitrine.

L'angor ou angine de poitrine correspond à l'apparition de douleur généralement dans la poitrine, témoignant d'un déséquilibre entre les apports et la consommation en oxygène du myocarde (ischémie transitoire).

Dans plus de 95% des cas, l'angor est dû à une maladie coronaire athéromateuse car les plaques d'athérome réduisent le diamètre des artères et leur capacité de vasodilatation. A partir de 50 à 70% de réduction du diamètre, l'ischémie intermittente apparait, généralement à l'effort. Au delà de 90%, elle peut exister même au repos.

 

Chez le patient angoreux, la mortalité est deux fois plus élevée que la normale. La prévalence de la maladie coronarienne (angor et infarctus) est de 4%. Elle est responsable de 46 000 décès par an.

La principale complication de l'angor est l'infarctus du myocarde (chez 5% des patients angoreux).

Plaque d'athérome

 
Signes cliniques Douleur ressentie au milieu de la poitrine, dans la région rétro sternale, et elle irradie fréquemment vers le cou, la mâchoire inférieure et les membres supérieurs, surtout le gauche. Parfois, elle se limite à une irradiation le plus souvent vers le bras gauche ou la région dorsale. Sensation d'un serrement ou d'un écrasement, une impression d'avoir un étau dans la poitrine.

L'angor peut s'accompagner entre autres, de céphalées, de palpitations, de douleurs épigastriques ou de nausées.

 

La douleur cède en 1 à 2 minutes (parfois plus dans l'angor de repos) après l'administration sublinguale de trinitrine.

Quels sont les facteurs déclenchants de l'angor?

  • L'angor d'effort ou angor stable apparait après un effort (sport, escalier, marche accélérée...) ou suite à des causes assimilées (stress, émotion, digestion, vent, froid...). Il disparait en moyenne après 3 minutes de repos.
  • L'angor de repos ou angor asymptomatique intervient quand la réduction du diamètre des coronaires est >90%, sans aucune circonstance déclenchante, surtout la nuit et dure en moyenne 10 minutes.
  • L'angor instable ou syndrome coronarien aigu peut évoluer très rapidement vers une occlusion totale (mort subite, infarctus du myocarde).
  • L'angor de Prinzmetal ou angor vasospastique  est un angor spontané, non lié à l'effort, survenant à horaire fixe, souvent en seconde partie de la nuit ou en phase postprandiale, avec parfois des syncopes. Il peut intervenir sur une artère saine ou au voisinage d'une sténose athéromateuse. Il intervient en général chez des sujets grands tabagiques.
  • Autres causes: anomalie congénitale des coronaires, sténose de la valve aortique, hypertrophie du ventricule gauche, certains traitements (radiothérapie, 5-FU)

Quels sont les facteurs de risque de l'angor?

Les facteurs de risque de l'angor sont ceux de la maladie coronaire:
  • L'âge: le risque augmente avec le vieillissement physiologique des parois artérielles. A 80 ans et plus, une personne sur 2 souffre d'insuffisance coronaire.
  • Le sexe: les femmes développent la maladie avec 10 ans de plus de moyenne que les hommes
  • Certains facteurs génétiques
  • Facteurs contrôlables: tabagisme, Hypertension artérielle hypercholestérolémie, diabète, obésité, sédentarité, certains facteurs psychosociaux (stress, précarité).
Quels sont les facteurs aggravant l'angor? Certains facteurs peuvent aggraver une sténose athéromateuse qui n'aurait pas spontanément provoqué un angor: hyperthyroïdie, fièvre, tachycardie, anémie, hypoxémie...
Comment l'angor évolue-t-il? L'évolution de la maladie dépend de l'importance des lésions coronaires, d'éventuels troubles associés et du type d'angor (stable ou instable).
  • En cas de traitement adapté et de suivi médical régulier, l'angor peut évoluer sur une dizaine d'années et être compatible avec une vie quasi-normale. L'évolution la plus fréquente se fait vers l'insuffisance cardiaque ou l'arythmie.
  • En cas d'angor instable le risque d'infarctus du myocarde, voire d'une mort subite par occlusion totale de l'artère est permanent (5%/an).

Mesurer vos risques cardiovasculaires sur:

www.automesure.com

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Qu'est-ce que l'infarctus du myocarde?

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

L'infarctus du myocarde est un processus physiopathologique correspondant à la rupture d'une plaque d'athérome qui entraine la thrombose occlusive d'une artère coronaire.

100 000 personnes souffrent chaque année d'un infarctus du myocarde (IDM). 13% décèdent la première année suivant un IDM dont 7% dans la phase aigue. Après l'hospitalisation où le traitement consiste à reperfuser les coronaires par thrombolyse et/ou angioplastie, les patients restent à haut risque cardiovasculaire (risque d'AVC ou décès d'origine cardiaque). Les complications concernent 20% des sujets à un an après un IDM

Signes cliniques d'un infarctus du myocarde
  • Douleur dans la poitrine « en étau » durant plus de 20 à 30 minutes.
  • Elle irradie derrière le sternum, dans le dos, les épaules, les mâchoires, ainsi que dans le bras gauche, le creux de l'estomac
  • Difficulté soudaine, sans effort important, à respirer normalement ou blocage à la respiration.

D'autres symptômes sont possibles : anxiété, sueurs, vertiges, essoufflement, par exemple. Plus rarement, certains infarctus peuvent passer inaperçus et sont découverts à l'occasion d'un électrocardiogramme pratiqué lors d'un bilan de santé

Complications d'un infarctus du myocarde Les complications sont plus ou moins importantes selon la rapidité de la prise en charge de l'infarctus, mai aussi en fonction de l'étendue des lésions:

Accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque chronique (70 % des insuffisances cardiaques chroniques sont dues à un infarctus), récidives (infarctus qui se répètent) et artériopathie oblitérante des membres inférieurs  

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Mesures hygiéno-diététiques pour prévenir les risques coronariens

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Contrôler les facteurs de risque

Les mesures hygiéno-diététiques sont celles de tous les patients à haut risque cardiovasculaire

Tabac L'arrêt total du tabac est indispensable!

Il n'y a aucune contre indication cardiovasculaire à la prise de substituts nicotiniques au décours immédiat d'un infarctus.

Le saviez-vous?

1 an sans tabac suffit à faire baisser de 50% le risque de nouvel accident coronarien!
Poids Eviter le surpoids.

Objectif: IMC de 18,5 à 24,9 kg/m2; tour de taille <102 chez l'homme et 88 chez la femme

Le saviez-vous?

Perdre seulement 5% de son poids permet de réduire le risque vasculaire.
Alimentation
  • Suivre un régime alimentaire méditerranéen hypocholestérolémiant.
  • Faire un régime riche en fruits et légumes.
  • Réduire son apport en sel
  • Réduire sa consommation d'alcool.
  • Ne pas consommer trop de boissons sucrées. La consommation de boissons sucrées, plus de 4,5 boissons sucrées par semaine auraient un risque accru (de 20 %) de maladies coronariennes*. De plus, une consommation élevée de boissons sucrées est associée contribue aussi à augmenter les triglycérides (Hyperlipidémies)

 

*Sweetened beverage consumption, incident coronary heart disease and biomarkers of risk in men. Circulation, 2012

Autres facteurs de risque Corrigez vos facteurs de risque coronariens:
Stress Apprendre à gérer son stress, éviter les situations qui angoissent (faire de la relaxation, du yoga...)

Maintenir l'activité physique

Même en cas d'angor d'effort, l'exercice physique est recommandé pour entrainer le cœur. Attention toutefois en cas d'angor instable ou en post infarctus, une surveillance médicale est nécessaire à la reprise d'une pratique sportive.
  • L'exercice physique doit être régulier et progressif (vélo, marche, natation...), et sans effort violent.
  • S'échauffer en faisant des exercices lents pendant 10 minutes pour préparer le cœur à l'effort.
  • Fractionner l'effort en plusieurs séances de 30 minutes par semaine (idéal 5 fois 30 minutes, ou 3 km de marche par jour)
  • En cas d'angor stable, il est possible de prendre une dose de trinitrine 2 à 3 minutes avant de démarrer un effort soutenu.
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Angor et médicaments

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Être observant vis à vis des traitements préventifs

© Martin Allinger | Dreamstime.com

Les traitements préventifs associent souvent plusieurs molécules. Pourtant les coronariens suivent mal leur traitement.

On observe une mortalité 2 fois plus élevée chez les patients ne suivant pas correctement leur traitement par rapport aux patients observants!

Médicaments déconseillés en cas d'angor (liste non exhaustive)

Attention au Viagra® ou aux autres médicaments des troubles de l'érection! Les relations sexuelles ne sont pas contre-indiquées en cas d'angor stable. Attention cependant à les éviter après un effort physique important ou en période postprandiale, ou en cas de températures extrêmes chaudes ou froides!

Ne jamais prendre de trinitrine dans les 24 heures suivant la prise de ces médicaments. Si une douleur angineuse apparait dans les 24 heures et qu'elle ne cède pas spontanément au repos, appeler le SAMU et mentionner la prise de ces médicaments.

Angor et AINS Dans un article publié dans « Circulation » des auteurs danois ont analysé chez des malades ayant déjà fait un infarctus du myocarde les effets d'un traitement par AINS sur le risque de récidive d'infarctus du myocarde et  de mortalité.

La conclusion est que tous les AINS, même pour une durée inférieure à sept jours, augmentent le risque de mortalité et de récidive d'infarctus du myocarde et cette augmentation  persiste pendant toute la durée du traitement.

Toutefois, l'augmentation de ces risques n'est pas la même avec tous les AINS : ils sont particulièrement augmentés avec le rofécoxib et le célécoxib, et autant sinon plus avec le diclofénac. L'augmentation des risques est nettement moindre avec l'ibuprofène et le naproxène.

 

Les COXIB sont contre-indiqués chez le patient coronarien ou insuffisant cardiaque.

Pourquoi les AINS augmentent le risque de récidive d'infarctus?
  • Les AINS peuvent aggraver une hypertension artérielle, une insuffisance cardiaque ou une insuffisance rénale

  • Les AINS diminuent l'action antiagrégante de l'aspirine et augmentent le risque de saignements digestifs

  • Les AINS diminuent l'action des IEC et des bêtabloquants

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Que faire en cas de crise d'angor?

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Aux premiers signes de la crise, arrêter toute activité. Prendre la trinitrine puis s'assoir ou s'allonger pour se relaxer: ne faire qu'une seule pulvérisation. Ne pas boire ou manger ou fumer pendant la crise.

Attendre 2 à 3 minutes que la crise passe. Sinon recommencer l'administration une ou deux fois selon le produit utilisé en respectant un intervalle de 2 à 3 minutes entre chaque prise pour éviter tout risque d'hypotension.

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Voir aussi, liens utiles

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

© Vladyslav Starozhylov | Dreamstime.com Fédération française de cardiologie: www.fedecardio.com

Fédération nationale des associations de malades cardiovasculaires et opérés du cœur: www.fnamoc.org

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Comment traiter l'angor  ?

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Le but du traitement de l'angor est stable et double. Il doit permettre d'éviter, d'une part, la récidive des crises angineuses (traitement antiangoreux) et, d'autre part, la progression de la maladie (traitement chronique)

© Martin Allinger | Dreamstime.com

Conseils sur votre traitement

 

  • Votre traitement doit être pris régulièrement et à vie! Même en l'absence de symptômes (pour limiter les complications et la survenue d'autres maladies cardiovasculaires comme l'infarctus). Ne jamais interrompre un traitement en cours sans l'avis de votre médecin, en particulier les bêtabloquants.

  • En cas d'oubli de prise, ne pas doubler la suivante

  • Ne jamais s'automédiquer mais toujours prendre un avis médical ou pharmaceutique. Attention notamment aux spécialités contenant de la pseudoéphédrine (traitement des rhumes, rhinites).

  • En cas de prise d'aspirine (antiagrégant plaquettaire) en cas d'intervention chirurgicale programmée, même chez le dentiste.

  • Conserver toujours un flacon de trinitrine sur vous, vérifier en régulièrement sa date de péremption et ayez un flacon à chaque endroit stratégique (voiture, maison de vacances...). Conservez toujours sur vous votre dernière ordonnance pour une éventuelle délivrance en urgence en cas d'oubli.

Traitement préventif = traitement chronique

Le traitement vise à :

  • Diminuer la consommation en oxygène du myocarde lors de l'effort (diminution de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle, de l'inotropisme cardiaque)

  • Augmenter les apports en oxygène aux coronaires (vasodilatateurs coronariens et surtout revascularisation myocardique par pontage ou dilatation coronarienne

  • Agir sur les facteurs de risque coronariens: hypertension (IEC de préférence en cas d'angor), hyperlipidémies (statines en première intention), diabète, tabagisme. En complément, on prescrit systématiquement un antiagrégant plaquettaire (aspirine ou clopidogrel si contre indication à l'aspirine), ainsi que celle d'une statine, même si le taux de cholestérol est normal, avec comme valeur cible un LDL-cholestérol<1g/l.

Le traitement est débuté par une monothérapie. Les bêtabloquants sont recommandés en première intention. En cas de contre-indications ou d'intolérance ou d'un spasme coronaire, on utilise les antagonistes calciques. En cas d'échec en monothérapie à dose maximale, on associe une deuxième molécule: antagoniste calcique ou dérivés nitrés longue durée d'action.

Les spécialités contenant de la pseudoéphédrine (vasoconstricteur indiqué en cas de rhume) sont contre-indiquées en cas de pathologie cardiovasculaire (hypertension, trouble du rythme, angor...)

Donneurs de groupement NO ou dérivés nitrés d'action prolongée, Molsidomine Corvasal® , Dinitrate d'isosorbide Risordan®, Monicor®, Trinitrine (Cordipatch®, Diafusor®, Discotrine®, Trinipatch®, Nitriderm®) Nicorandil Adancor®, Ikorel® Les dérivés nitrés libèrent du monoxyde d'azote (NO), ce qui entraine une vasodilatation des veines, des artères (diminution de la postcharge et de la précharge) et du réseau coronarien par relaxation de la cellule musculaire lisse. En plus de la libération de NO, le Nicorandil est un activateur des canaux potassiques essentiellement au niveau artériel.

Précaution d'emploi: Les dérivés nitrés d'action longue sont prescrits de façon continue à dose fixe. A cause du risque d'échappement thérapeutique, il convient de respecter une fenêtre thérapeutique de 8 à 12 heures entre 2 patchs. La molsidomine a une action voisine des dérivés nitrés mais sans échappement thérapeutique.

Associations possibles: les dérivés nitrés peuvent être prescrits en association avec des bétabloquants et inhibiteurs calciques.

Effets indésirables: des céphalées sont fréquentes en début de traitement et vasodilatation cutanée avec érythème et bouffées de chaleur

Contre indications: état de choc, hypotension sévère et association au sildénafil (Viagra®)

Antagonistes calciques: Amlodipine, Péribidil, Diltiazem, Félodipine, Nifédipine, Vérapamil Ils diminuent les résistances coronaires, la consommation du myocarde en oxygène et augmentent le flux sanguin par dilatation des coronaires par diminution de l'entrée des ions calciques. Ils diminuent essentiellement la post charge (les artérioles paraissent plus sensibles que les veines) et entrainent une vasodilatation des coronaires. ils diminuent également la fréquence et la contractilité du cœur et ont une action dans l'hypertension artérielle.

Les molécules à longue durée d'action sont privilégiées.

Les effets indésirables les plus fréquents sont: céphalées, rougeur, sensations de bouffées de chaleur, œdème des chevilles et/ou du visage (doses élevées), constipation (vérapamil), et plus rarement atteintes gingivales.

Attention: ne pas associer les inhibiteurs calciques à l'érythromycine (risque de torsades de pointe!)

Bêtabloquants: Aténolol Tenormine® Les bêtabloquant diminuent la fréquence et la contractilité cardiaque, d'où une diminution des besoin en oxygène du cœur (effet anti-ischémique). Ils mettent en quelque sorte le cœur "au repos". Ils agissent aussi dans l'hypertension artérielle et dans le traitement prophylactique des crises d'angor d'effort.

 

Attention en cas de changement de traitement, ne pas interrompre brutalement le bêtabloquant. Faire un sevrage progressif sur 15 jours surtout en cas d'angor associé, au risque de voir apparaitre des effets indésirables graves: troubles du rythme, infarctus du myocarde voire mort subite. Durant l'arrêt du bêtabloquant, se ménager physiquement pour éviter la survenue de crise d'angor.

Trimétazidine Vastarel® Anti-ischémique métabolique.
Cette molécule est indiquée pour améliorer la tolérance à l'effort chez les patients présentant un angor insuffisant contrôlée.
Son action antiangineuse par effet métabolique n'a jamais pu être démontrée. Elle a été déremboursée en raison d'un SMR (service médical rendu) insuffisant dans l'attente de sa réévaluation, notamment en raison du risque possible de syndrome parkinsoniens.
Ivabradine Procoralan® Traitement antiangoreux de deuxième intention qui agit en diminuant la fréquence cardiaque (bradycardisant par inhibition de la dépolarisation diastolique spontanée au niveau du nœud sinusal). Indiqué chez les patients présentant des contre-indications ou une intolérance aux bêtabloquants. Posologie 5mg 2/jour , à prendre au cours d'un repas. Possibilité d'augmenter la posologie à 7,5mg 2/jour après 3 à 4 semaines de traitement.

Précautions d'emploi: Il est nécessaire de contrôler la fréquence cardiaque au repos. Elle doit être supérieure à 60 battements par minute avant la première prise du médicament et supérieure à 50 battements par minute pendant la durée du traitement.

Effets indésirables: Possibilité de phosphènes (troubles visuels lumineux) apparaissant en général dans les 2 premiers mois de traitement puis disparaissant le plus souvent au cours de l'arrêt du traitement car l'ivabradine peut aussi agir sur le courant rétinien (apparenté au courant cardiaque). Possibilité de palpitations et/ou de céphalées, vertiges.

Contre indications: fréquence cardiaque au repos <50 battements/mn avant le traitement, hypotension, insuffisance hépatique sévère, angor instable.

Attention aux interactions médicamenteuses!

Procoralan®  étant métabolisé par les cytochromes P450 3A4, éviter la consommation de jus de pamplemousse, inhibiteur enzymatique augmentant l'effet de ces 2 médicaments. Attention aussi à la prise de millepertuis (inducteur enzymatique).

Traitement de la crise d'angor = antiangoreux

Trinitrine Trinitrine simple Laleuf® à croquer (prise sublinguale), Natispray®, ou Dinitrate d'Isosorbide en spray Isocard® Les dérivés nitrés provoquent une dilatation des artères coronaires et, par là, corrigent l'ischémie.
La crise d'angor nécessite le recours aux dérivés nitrés d'action rapide par voie sublinguale. Ces médicaments sont indiqués dans le traitement curatif de la crise d'angor, ainsi que dans le traitement préventif à très court terme de la crise: par exemple 2 à 3 minutes avant un effort physique. Ils doivent être pris en position assise en raison du risque d'hypotension.
  • Pour le dosage à 0,3O mg/dose: 1 pulvérisation sublinguale en cas de crise. A renouveler une fois au bout de 2 à 3 minutes si la crise persiste. Le dosage le plus faible (0,15) est indiqué lors d'un premier traitement par un dérivé nitré, ou chez le sujet âgé.
  • Amorcer la pompe en l'actionnant plusieurs fois lors de sa première utilisation. En cas de crise, tenir le flacon verticalement (tête en haut), s'assoir et faire une pulvérisation sous la langue ou croquer un comprimé et le laisser fondre en sublingual. Faire une deuxième pulvérisation ou reprendre un deuxième comprimé au bout de 2 à 3 minutes si la crise persiste. Rester assis pendant une dizaine de minutes après la deuxième administration.
  • En cas de traitement préventif avant un effort; les prendre 2 à 3minutes avant un effort physique, un rapport sexuel ou une exposition brutale au froid par exemple.
  • Ne pas utiliser la trinitrine ou les dérivés nitrés pour d'autres symptômes que l'angor (essoufflement, angoisse, malaise)
  • Effets indésirables: des céphalées (doses dépendantes), une vasodilatation avec érythème, des bouffées de chaleur et une hypotension artérielle peuvent survenir. Risque d'hypotension chez le sujet âgé ou lors d'association à d'autres vasodilatateurs.
  • Contre-indications absolues: hypersensibilité aux dérivés nitrés, hypotension sévère, association au sildénafil (Viagra®)

Le saviez-vous?


Une crise qui n'est pas soulagée au bout de 15 minutes malgré la prise de trinitrine doit conduire à appeler le 15 ou le 112 en urgence!

Traitement non médicamenteux de l'angor

  • Angioplastie coronaire +/- implantation d'un stent
  • Pontage aorto-coronaire

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Médicaments, horaires alimentation

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Traitement post infarctus du myocarde

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

© Martin Allinger | Dreamstime.com Le traitement peut se résumer par le mot "BASIC"  

B comme
Bêta-bloquant,
A comme
antiagrégant plaquettaire,
S comme
statine, I comme Inhibiteur de l'enzyme de conversion et
C pour corriger les facteurs de risque cardiovasculaires.

Ce traitement doit être pris le plus souvent à vie.

Bêtabloquants Les bêtabloquant diminuent la fréquence et la contractilité cardiaque, d'où une diminution des besoin en oxygène du cœur (effet anti-ischémique). Ils agissent aussi dans l'hypertension artérielle. Ils réduisent la mortalité de 20 à 25% et le risque de récidive d'infarctus non fatal de 30%, surtout si l'instauration du traitement a été précoce.

Effets secondaires: les effets secondaires les plus fréquents sont la bronchoconstriction, le refroidissement des extrémités, une asthénie, une dysfonction érectile, hypotension et bradycardie.

Mise en garde: Ne jamais interrompre brutalement le traitement en raison du risque de rebond grave. Attention si vous êtes diabétique, les bêtabloquants peuvent masquer les symptômes d'une hypoglycémie.

En cas de contre indications aux bêtabloquants, il existe des alternatives thérapeutiques: inhibiteurs calciques (diltiazem, vérapamil) ou l'ivabradine (Procoralan®)

Antiagrégant plaquettaire
  • L'aspirine à faible dose réduit le risque de récidive d'IDM de 30% et réduit de 15% la mortalité globale. Les doses recommandées sont entre 75 et 160mg/jour. En cas d'allergie à l'aspirine, on prescrit le clopidogrel ou de la ticlopidine en cas d'intolérance au clopidogrel
  • L'association aspirine (75-160mg/jour) + Clopidogrel (75mg/jour) est recommandée en cas d'infarctus revascularisé avec pose de stent.
  • Le prasugrel (dose de charge de 60mg puis 10mg/jour) est contre indiqué chez les sujets âgés de plus de 75 ans et/ou pesant moins de 60kg en raison du risque hémorragique accru.

Le saviez-vous? 

L’adjonction d’un inhibiteur de la pompe à protons, un « -prazole », à l'aspirine, utilisée comme antiagrégant plaquettaire, réduit l'efficacité de cette dernière, et parallèlement augmente le risque de récidive d’infarctus du myocarde*

* Etude parue dans le BMJ du 11 mai 2011

Statine Les statines diminuent le risque de mortalité et d'accident cardiovasculaire chez tous les patients coronariens même si le taux de cholestérol est normal, avec comme valeur cible un LDL-cholestérol<1g/l.

Effets secondaires: problèmes hépatiques et musculaires imposant une surveillance médicale stricte. L'apparition de crampes, de douleurs, ou de contractures musculaires, surtout au niveau des membres inférieurs peut nécessiter l'arrêt du traitement.

En cas d'intolérance aux statines à doses élevées, une association statines+ ézétimide ou un fibrate peut être proposé.

Inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) Les IEC préviennent le remodelage du ventricule gauche (dilatation progressive) et diminue par ce fait le risque d'insuffisance cardiaque et de mort subite.

Le traitement doit être instauré progressivement et sous étroite surveillance en raison du risque d'insuffisance rénale surtout en cas d'insuffisance cardiaque et/ou si le patient est sous diurétique.

En cas d'intolérance aux IEC, un ARA-II comme le valasartan (160mg) peut être proposé

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Médicaments, horaires alimentation

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Quand faut-il consulter un médecin?

Surveiller les signes suivants

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

© Tibor Varga | Dreamstime.com
  • Si la crise apparait au repos ou lors d'un exercice modéré alors que vous souffrez habituellement d'un angor d'effort.
  • Si les crises surviennent plus fréquemment
  • En cas de traitement par bêta-bloquant, un contrôle régulier de la pression artérielle et du rythme cardiaque est nécessaire
  • En cas de traitement par statines , une surveillance médicale étroite s'impose afin de surveiller les effets indésirables hépatiques ou musculaires

 

Dans ces cas, une consultation médicale s'impose. Ne conduisez pas votre véhicule, Appeler le 15 si besoin.

  • Si la crise ne passe pas après 3 administrations de trinitrine
  • Si les douleurs s'accompagnent de signes de gravité inhabituels (vomissements, irradiation dans le bras gauche, essoufflement)

Appeler le SAMU tel : 15

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Voies de recherche sur le traitement de l'angor et/ou l'infarctus 

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Ranozaline Latixa®
La ranozaline (dérivé de la pipérazine) a obtenu une AMM Européenne en 2008 comme médicament adjuvant dans le traitement symptomatique de l'angor stable mal contrôlé par les bêtabloquants et/ou des antagonistes calciques. Cette molécule agirait en réduisant l'entrée du calcium dans les cellules. Elle n'est pas encore commercialisée en France.
Traitement par aimant sur le cœur infarci L'apport de cellules souches permettrait de rétablir les zones cardiaques nécrosées lors d'un infarctus. Afin d'atteindre spécifiquement le cœur, des cellules souches ont été métallisées et des essais sur le rat ont mis en évidence une forte migration de ces cellules souches injectées par voie générale vers le cœur lorsqu'un aimant a été placé en face du cœur face aux lésions.*

* Circulation Research, édition avancée en ligne, 8 avril 2010

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 
         
         
       

Maitrisez-vous bien votre maladie?

Infarctus

J'achète mes médicaments et mes produits naturels sur ma pharmacie en ligne

Ce questionnaire permet de faire le point sur vos connaissances et sur votre manière de vous traiter. Il est à réaliser avec un professionnel de santé (médecin ou pharmacien) afin d'avoir les bons conseils pour mieux gérer votre maladie et mieux vous prendre en charge;

Parce que votre meilleur coach santé c'est vous!

Connaissance de votre maladie et des facteurs de risque

Connaissez-vous les chiffres de votre tension artérielle?
Connaissez-vous votre taux de cholestérol et du cholestérol HDL?
Savez-vous si vous avez des facteurs de risque cardiovasculaire associés?
Si vous êtes diabétique, connaissez-vous objectif à atteindre pour évaluer si votre diabète est équilibré?
Connaissez-vous la fréquence du suivi médical dont vous bénéficiez?
Connaissez-vous les situations d'urgence devant vous conduire à consulter impérativement votre médecin traitant ou le SAMU?
Est-ce que vos proches sont formés aux gestes d'urgence?

Gestion de votre traitement

Comprenez-vous vos médicaments prescrits en lisant votre ordonnance?  
Avez-vous des difficultés avec vos médicaments?  
Connaissez-vous l'indication de tous vos médicaments?  
Comment prenez-vous votre traitement (schéma posologique)?  
Comment faites vous pour ne pas oublier vos prises de médicament?  
Etes-vous capable de citer le nom de tous vos médicaments?  
Reconnaissez-vous facilement les médicaments génériques prescrits ou substitués?  
Avez-vous toujours votre ordonnance sur vous?

Observance de votre traitement

Vous est-il arrivé d'oublier un ou plusieurs médicaments?  
Dans quelles circonstances avez-vous déjà oublié vos médicaments  
Que faites-vous lorsque vous oubliez un ou plusieurs médicaments?  
Que faites-vous en cas d'effets indésirables avec un médicament?  
Savez-vous quelles conséquences peut avoir un oubli?  

Connaissances hygiéno-diététiques

Fumez-vous?
Connaissez-vous l'impact du tabac sur le risque cardiovasculaire?
Pratiquez-vous une activité physique? Si oui combien de fois par semaine et combien de temps?
Connaissez-vous votre poids idéal et votre tour de taille idéal?
Connaissez-vous le type d'alimentation idéal pour votre maladie?
Connaissez-vous les graisses à contrôler pour prévenir le risque cardiovasculaire?  
Connaissez-vous l'impact du poids et d'un régime sur l'hypertension artérielle?  
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

ANGOR, INFARCTUS »

 



Index juridique

Déclaration d'intérêts: L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

Cet espace de conseils sur les médicaments et la santé  ne remplace en aucun cas le diagnostic et les conseils d'un médecin ou d'un pharmacien.

Les informations mises à jour et publiées sur ce site sont à titre strictement indicatifs. Il ne faut en aucun cas utiliser ces informations à but de diagnostic. Nous ne pourrons pas être tenu responsable d'une mauvaise interprétation de son contenu ni de l'état de santé du lecteur, qu'il soit antérieur ou ultérieur à la consultation de ces fiches conseil.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Sites de santé de confiance certifiés HONcode: