Accueil Urgences Pharmacie Informations légales Conseils Liens utiles Nous contacter Faire un don

   

 
Recherche personnalisée

 

 

Fiche conseil: Drogues, Toxicomanie

 

 

 

Rédigé par AS Delepoulle
(Dr en pharmacie).
Dernière mise à jour le : 20/04/2017
 
   
   
 

Voir aussi, liens utiles

Drogues

© Vladyslav Starozhylov | Dreamstime.com
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

DROGUES »

 
         
         
       

Cannabis

Drogues

Le cannabis (Cannabis sativa L) ou chanvre indien est à l'origine d'une résine riche en principes psycho actifs: les cannabinoïdes contenant environs 60 substances, dont le delta 9-tétrahydroxycannabinol (THC).
Le THC est une substance lipophile, se liant fortement aux protéines plasmatiques (97 à 99%) et métabolisé par les cytochrome P450
  • Après inhalation, la concentration maximale sanguine est atteinte en 30 minutes environ. L'effet est ressenti dans les minutes qui suivent et reste détectable pendant environ 3 à 4 heures.
  • Après ingestion, la biodisponibilité n'est que de 20% en raison d'un premier passage hépatique. L'effet ressenti est à son maximum au bout de 1 à 4 heures et se poursuit jusqu'à 6 heures environ.

Les différentes dénominations du cannabis

Les dénominations du cannabis différent selon le lieu de production et le mode de préparation:
  • L'herbe ou marijuana, correspond aux feuilles et aux sommités fleuries séchées (mélange de graines et de brindilles). Elle contient 6 à 21% de THC. Les herbes hollandaises auraient des taux plus élevés.
  • La résine, appelée shit ou hashisch se présente sous forme de barrettes pouvant avoir un aspect marron et solide (Maroc), rouge (Liban), noir et maléable (Afghanistan). Elle contient 8 à 30% de THC selon le pays d'importation
  • L'huile de cannabis est un liquide visqueux brun-vert à noirâtre résultant de l'extraction de la résine par l'alcool à 90° suivie d'une évaporation. Elle contient environ 60 à 80% de THC et possède de forts effets hallucinogènes.

Hashisch ou Shit

Huile de cannabis

Effets indésirables du cannabis

Les effets indésirables du cannabis sont dose-dépendant et sont considérablement augmentés par la consommation d'autres drogues, notamment l'alcool:
  • ralentissement psychique
  • altération de la réactivité
  • accentuation des symptômes d'angoisse
  • troubles psychiques graves en cas de fortes intoxications,
  • risque de schizophrénie en cas de consommation précoce et/ou soutenue
  • dépendance psychique avec syndrome de sevrage apparaissant dans les 48 heures suivant l'arrêt d'une consommation régulière. Dépendance physique chez les gros consommateurs
  • Risque d'accidents de la route mortel augmenté
  • effets indésirables cardiovasculaires surtout chez les patients coronariens (infarctus du myocarde). Augmentation de la fréquence cardiaque et du débit sanguin. Artériopathies
  • Système respiratoire: la fumée de cannabis a des effets proches de celles du tabac mais chaque "joint" est 4 fois plus toxique que la cigarette industrielle
  • Effets oculaires: hyperhémie conjonctivale par vasodilatation et irritation (yeux rouges)
  • Effets digestifs: bouche sèche, diminution de la motricité intestinale, diarrhées, vomissements, augmentation de l'appétit.
  • Risques de cancer chez les fumeurs de cannabis (langue, larynx, amygdale...), mais aussi chez les enfants exposés passivement (rhabomyosarcome, leucémie non lymphoblastique, astrocytome)
Comment le cannabis crée-t-il une dépendance?
Le principal ingrédient actif du cannabis, le THC, agit sur le cerveau par l'intermédiaire des récepteurs aux cannabinoïdes CB1 situés dans les neurones.
Le THC se lie à ces récepteurs les détournant de leurs rôles physiologiques, tels que la régulation de la prise alimentaire, le métabolisme, les processus cognitifs et le plaisir .
Lorsque le THC stimule récepteurs cannabinoïdes CB1, il déclenche une réduction de capacités de mémoire, de la motivation et conduit progressivement à la dépendance.
Usage thérapeutique du cannabis
Le cannabis possède de nombreuses actions thérapeutiques: antalgique, antiémétique, orexigène, neuroprotecteur, antiglaucomateux, antispastique.
Chez les patients souffrant de sclérose en plaques gênés par une spasticité, une AMM a été accordée en France pour un spray buccal à base d'un mélange d'extraits de cannabis (Sativex®).
On estime que ce médicament permet d'améliorer la spasticité chez 1 patient sur 10.

Prescription particulière :

Médicament stupéfiant. Sa prescription initiale est hospitalière semestrielle restreinte aux neurologues et aux médecins de médecine physique. Renouvèlement non restreint.

Composition :
Il est dosé à 2,7 mg de delta-9-tétrahydrocannabinol + 2,5 mg de cannabinol

Posologie :
Une période de titration est nécessaire en début de traitement. La biodisponibilité est fortement augmentée si la prise se fait en mangeant. La standardisation se fait au cours de la prise alimentaire.
La dose médiane utilisée dans les essais cliniques est de 8 pulvérisations par jour. Un intervalle d'au moins 15 minutes doit être respecté entre chaque pulvérisation.
Son usage est considéré comme abusif au delà de 16 pulvérisations par jour.

Effets indésirables :

Les principaux effets indésirables de ce médicament sont des effets psychologiques réversibles à l'arrêt du traitement. Ces principaux effets sont: désorientation, dépression, humeur euphorique, troubles dissociatifs, insomnies, anxiété, attaques de panique, agitations, hallucinations, paranoïa...
Autres effets indésirables non psychologiques : troubles du gout, nausées, sècheresse buccale, vomissements, diarrhées, aphtes...

Interactions médicamenteuses

Le THC est une substance lipophile, se liant fortement aux protéines plasmatiques (97 à 99%) et métabolisé par les cytochrome P450.
Le cannabis est souvent associé au
tabac. Le tabac est un inducteur enzymatique, en particulier de l'isoenzyme CYP 1A2 du cytochrome P450.
  • Interaction pharmacocinétique: de part une induction enzymatique, le cannabis diminue la concentration de théophylline. Risque de surdosage en théophylline à l'arrêt du cannabis et du tabac. Le cannabis diminue les concentrations plasmatiques de la chlorpromazine, de la fluphénazine, de l'halopéridol, du tiotixène. Son association aux anticoagulants (un cas d'hémorragie digestive sous warfarine) allonge considérablement l'INR.

Le cannabidiol inhibe la glycoprotéine P d'où des risques de surdosage en digoxine.

 

  • Interaction pharmacodynamique: addition des effets sédatifs  avec l'alcool, les opioïdes et autres médicaments dépresseurs du système nerveux central. Addition des effets cardiaques avec les antidépresseurs tricycliques (apparition de tachycardie)

 

  • Addition d'effets indésirables: un cas d'infarctus du myocarde a été rapporté avec l'association au sildénafil (Viagra®). Le sildénafil provoque des hypotensions par son effet vasodilatateur, et le cannabis une tachycardie

Effets du cannabis sur la grossesse et l'allaitement

© Elena Yakusheva | Dreamstime.com Le THC traverse le placenta et passe dans le lait maternel. Le traitement durant la grossesse expose à des syndromes de sevrage à la naissance

Recherche biologique de cannabis

Dosage sanguin: On considère qu'une concentration sanguine en THC > 1ng/ml atteste d'une consommation récente de cannabis.

Dosage urinaire: Les métabolites urinaires sont détectables jusqu'à 3 semaines après la dernière prise

Dosage salivaire: La présence ce cannabis dans la salive témoigne d'une exposition récente (entre 2 à 10 heures après la dernière consommation)

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

DROGUES »

 
         
         
       

Cocaïne

Drogues

La cocaïne est un psycho-stimulant, qui peut provoquer une forte dépendance. Le crack est l'un de ses dérivés.

La cocaïne se présente généralement sous la forme d'une fine poudre blanche, cristalline et sans odeur. Elle est extraite des feuilles de cocaïer.

Lorsqu'elle est "sniffée", elle est appelée "ligne de coke" ; elle est aussi parfois injectée par voie intraveineuse ou fumée, principalement sous forme de crack (ou free base).

Feuille de coca

Effets indésirables de la cocaïne
  • État dépressif
  • Anxiété, angoisse
  • Levée du sentiment d'inhibition (augmentation des actes de violence)
  • Troubles circulatoires: la vasoconstriction liée à la cocaïne entraine une nécrose des tissus (perforation de la cloison nasale)
  • La cocaïne est un puissant inhibiteur de la recapture de la noradrénaline et de la dopamine par les neurones pré synaptiques. Au niveau du système nerveux autonome, la cocaïne se conduit comme un sympathomimétique, induisant une vasoconstriction et une augmentation de la pression artérielle.
Grossesse et allaitement  

Chez la femme enceinte, la cocaïne traverse la barrière placentaire et expose le fœtus à des risques de retard de croissance, accidents vasculaires, malformation.

 

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

DROGUES »

 
         
         
       

Héroïne

Drogues

L'héroïne ou diamorphine (diacétylmorphine) fut synthétisée pour la première fois à Londres en 1874, mais c'est en 1898 qu'elle fut introduite en médecine comme traitement des douleurs, de la toux et comme traitement permettant de désintoxiquer les morphinomanes...

 

Mais, les médecins de l'époque se sont très vite rendus compte de l'état de dépendance qu'elle provoquait.

Aux Etats-Unis, le nombre de personnes dépendantes de l'héroïne était estimé à environ un demi million à la veille de la Première Guerre mondiale...

 

Elle fut interdite aux Etats-Unis à partir de 1920

Risques de l'héroïne
  • Rapide dépendance
  • Contamination microbienne par des spores du charbon (Bacillus anthracis). 8 décès imputés à cette contamination. Le risque est important par injection, mais aussi par la fumée ou par inhalation
  • Risque d'overdose
  • Qualité non uniforme: Grande variabilité selon les lots de la teneur en héroïne (lots plus ou moins coupés)
Sevrage aux opiacés
Subutex® (buprénorphine)

La buprénorphine est un agoniste partiel des récepteurs opioïdes. Il est utilisé en substitution aux opiacés dans le cadre d'un sevrage (à l'héroïne par ex).

Sa prise se fait par voie sublinguale. Ne pas avaler les comprimés mais les laisser sous la langue pendant 5 à 10 minutes

Méthadone La méthadone est un opioïde analgésique de synthèse utilisé dans le sevrage aux opiacés.
Suboxone® (buprénorphine/naloxone) Comprimé sublingual associant la buprénorphine, agoniste partiel des récepteurs opioïdes, et de la naloxone, antagoniste de ces mêmes récepteurs, destinée à dissuader le mésusage du produit par voie intraveineuse.
Traitement réservé aux adultes et adolescents de plus de 15 ans, qui ont accepté d'être traités pour leur dépendance
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

DROGUES »

 
         
         
       
 Voies de recherche sur le traitement contre la drogue

Drogues

Vaccin anti cocaïne

Une équipe de chercheurs américains ont mené un essai clinique prometteur sur un vaccin anti cocaïne. La présence d'anticorps anti cocaïne produits suite à la vaccination neutraliserait la cocaïne avant que celle-ci n'atteigne le cerveau, rendant les effets de la drogue inactifs. En fonction des résultats, cette thérapeutique pourrait arriver sur le marché d'ici deux ans.

Archive of General Psychiatry; 66(10):1116-23

Prégnénolone comme antidote du cannabis Des chercheurs de l'INSERM ont montré que la Pregnenolone, administrée à des rats et des souris,  entrainait un blocage des récepteurs cannabinoïdes (CB1) des neurones et diminuait les effets du cannabis sur la mémoire et la perte de motivation. La pregnénolone diminue fortement la libération de dopamine, considérée comme étant à la base des effets addictifs.

Des tests réalisés sur des récepteurs CB1 humains arrivent aux mêmes résultats.

Pour le moment, cette substance ne peut pas être utilisée telle quelle car elle est mal absorbée et trop rapidement métabolisée par l'organisme. Des chercheurs mettent au point des molécules dérivés plus stables et mieux absorbés afin de mettre au point une nouvelle thérapie pharmacologique de dépendance au cannabis


Pregnenolone Molecule Protects The Brain From Marijuana Intoxication
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

DROGUES »

 



Index juridique

Déclaration d'intérêts: L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

Cet espace de conseils sur les médicaments et la santé  ne remplace en aucun cas le diagnostic et les conseils d'un médecin ou d'un pharmacien. Les informations mises à jour et publiées sur ce site sont à titre strictement indicatifs. Il ne faut en aucun cas utiliser ces informations à but de diagnostic. Nous ne pourrons pas être tenu responsable d'une mauvaise interprétation de son contenu ni de l'état de santé du lecteur, qu'il soit antérieur ou ultérieur à la consultation de ces fiches conseil.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Sites de santé de confiance certifiés HONcode: