Accueil Urgences Pharmacie Informations légales Conseils Liens utiles Nous contacter Faire un don

   

 
Recherche personnalisée

 

 

© Yuri Arcurs | Dreamstime.com

Fiche conseil:
Maladies auto-immunes





Rédigé par AS Delepoulle
(Dr en pharmacie).
Dernière mise à jour le : 08/12/2014
 
   
   
 

Qu'est-ce qu'une maladie auto-immune?

Les maladies auto-immunes regroupent un ensemble de pathologies causées par le dérèglement du système immunitaire qui s'attaque à une partie de l'organisme du sujet comme s'il s'agissait d'un substance étrangère.
1 à 2% des individus souffrent de maladies auto-immunes.

L’auto-immunité est définie comme une réponse immunitaire dirigée contre les Ag du « soi » (Ags autologues) par des lymphocytes auto-réactifs
Les principales maladies concernées
(Liste non exhaustive)

Maladie de Basedow (hyperthyroïdie).

Thyroïdite chronique de Hashimoto (hypothyroïdie).
lupus érythémateux disséminé (LED)
Syndrome de Goodpasture
pemphigus.
Myasthénie.
Diabète par insulinorésistance.
Anémie hémolytique auto-immune.
Purpura thrombocytopénique auto-immun.
Polyarthrite rhumatoïde.
Sclérodermie.
polymyosite et dermatomyosite.
Anémie de Biermer.
maladie de Gougerot-Sjšgren
Glomérulonéphrite.
Certaines stérilités.
maladie de Wegener
maladie de Horton
périartérite noueuse et le syndrome de Churg et Strauss.
Maladie de Still.
Polychondrite atrophiante.

Psoriasis
Maladie de Behçet.
Sarcoïdose

Sclérose en plaques (SEP)
Spondylarthrite
Maladie de crohn
etc....

Les principales causes des maladies auto-immunes
  • Susceptibilité génétique (Antigène HLA B27)
  • Infections, inflammation (des germes latents dans l'organisme sont probablement en cause dans certaines maladies auto-immunes)
  • Exposition aux toxiques, médicaments, vaccinations...
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         

Comment dépister les maladies auto-immunes?

 Le dépistage diffère selon le type de maladie auto-immune

 

 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Comment prévenir les maladies auto-immunes ?

© Adam Borkowski | Dreamstime.com

  • Préférer l'allaitement au sein, ou à défaut, l'utilisation d'un lait hypoallergénique
  • Retarder la diversification alimentaire (attention aux œufs, fraises, fruits exotiques...).
  • Eviter l'excès d'hygiène pendant la grossesse*. Le contact de certaines bactéries avec le fœtus (vie à la ferme, animaux domestiques...) pourrait inhiber le développement de cellules immunitaires responsables de différentes manifestations allergiques.* European Respiratory Journal Septembre 2008:32(3):603-11
  • Pensez à la vitamine D pendant votre grossesse car chez les nouveau-nés carencés en vitamine D, on détecte un niveau bas d'interleukine 10, régulateur central de l'apparition de maladies auto-immunes.
  • Facteurs protecteurs: vie dans une ferme, consommation de lait cru et d'aliments fermentés, une faible utilisation d'antibiotiques durant la petite enfance.
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Que faire si l'on soufre d'une maladie auto-immune?

Eviter le stress et les excitants

Des poussées de certaines maladies auto-immunes sont liées au stress.
Eviter la prise de café, thé,
alcool. Ne pas fumer.
Ayez un
sommeil réparateur
Alimentation
  • Régime crétois (riche en fruits, légumes, poissons, légumes secs, huile d'olive) : un régime riche en acides oméga-3 et 6 semble présenter un intérêt dans les maladies inflammatoires (KretoA...)
  • Ne pas prendre trop de produits laitiers: en effet, ces produits ont tendance à acidifier le sang, ce qui est pro-inflammatoire

 

Cas particulier de la rectocolite hémorragique:

Aucun aliment ne peut être considéré comme responsable de la rectocolite hémorragique (RCH), par conséquent aucun aliment ne doit être interdit de manière systématique. En revanche, le régime alimentaire doit être adapté en fonction des symptômes.

Ainsi, au cours des poussées évolutives de la RCH, il existe souvent de la diarrhée. Il faut alors supprimer ou réduire les fibres alimentaires, certains amidons et le lactose qui sont irritants pour les intestins. Dès que les symptômes de la poussée se sont améliorés ou ont disparu (dès que les selles sont redevenues normales ou presque), il faut élargir progressivement le régime, l’objectif étant de retrouver progressivement une alimentation aussi normale que possible.

 

  • Les fibres les plus tendres (salades et légumes cuits) sont les mieux tolérées. En cas de tolérance de ces aliments, on peut essayer d'introduire les fruits, épluchés et sans pépins et les légumes crus. Les légumes à fibres dures (choux, navets, cèleri, radis, salsifis, poireau…) seront réintroduits en dernier après un épisode diarrhéique.

En pratique, retirer systématiquement les pépins et la peau pour faciliter la digestion des fruits et des légumes. Blanchir systématiquement pendant 2 minutes dans eau bouillante les légumes, avant la vraie cuisson.

  • L’amidon de riz ou du tapioca sont mieux digérés que celui des pommes de terre ou du pain dont la consommation doit être un peu réduite au début pour limiter la quantité de résidus. Privilégier les céréales et aliments complets, l'avoine, le seigle, le sarrazin qui ont des fibres plus douce que le blé. Les légumes secs, les artichauts et les champignons contiennent également des glucides mal digérés lors des poussées, il sont donc à éviter pendant cette période.
  • Produits laitiers: les produits laitiers sont à éviter en général. Il vaut mieux préférer les laits végétaux (riz, avoine, amande)

    Pendant les phases de rémission de la RCH , le régime doit rester aussi large que possible pour permettre de conserver un état nutritionnel normal.

Pensez aussi à faire régulièrement une cure de probiotiques pour renforcer la flore intestinale:

Arkolevure, Ultralevure®, Probiolog®, Bacilor®, Ibsium® ImoFlora®, Lyo Bifidus®, Lactéol® , Ultrabiotique...

Suivi biologique et radiologique Un suivi biologique, clinique et radiologique est indispensable pour évaluer la réponse au traitement et prévenir l'apparition d'effets indésirables.
Cures thermales Les cures thermales peuvent avoir un effet positif sur certaines maladies auto-immunes
Grossesse
© Teros | Dreamstime.com Certaines maladies auto-immunes ne sont pas incompatibles avec une grossesse. Certaines maladies auto-immunes sont même en rémission durant cette période. Par contre de nombreux traitements sont contre indiqués.
La grossesse doit être programmée, idéalement durant la période de stabilité de la maladie. Parlez donc à votre médecin de votre projet de grossesse afin qu'il vous change votre traitement

Voir aussi, liens utiles

© Vladyslav Starozhylov | Dreamstime.com
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Comment traiter les maladies auto-immunes?

Le traitement des maladies auto-immunes diffère selon les maladies qui ont des protocoles thérapeutiques parfois différents selon les pathologies.
Attention, la plupart des traitements immunosuppresseurs sont contre indiqués en cas de grossesse. Consultez votre médecin en cas de désir de grossesse afin de vous faire prescrire un traitement compatible avec une grossesse.
Abstention thérapeutique
Dans certaines formes de maladies auto-immunes peu évolutives, l'abstention thérapeutique est parfois décidée par les médecins. C'est le cas par exemple de la sarcoïdose en raison de la possibilité de résolution spontanée de certaines localisations. Une surveillance étroite est alors proposée au patient.

Corticoïdes

Prednisone, prednisolone Son action est purement suspensive, ce qui explique la possibilité de rechutes au moment de l’arrêt du traitement liées à la persistance de l’activité de la maladie, nécessitant parfois des traitements prolongés.
La posologie instaurée doit être la minimale efficace afin de limiter les effets secondaires (risque de diabète, d'HTA, d'ostéoporose...).
La décroissance des doses de corticoïde doit être progressive afin d'éviter tout effet rebond. En général la posologie est réduite par paliers de 7 jours jusqu'à arrêt complet
Les corticoïdes ne sont pas utilisés dans toutes les maladies auto-immunes en raison du risque de rebond
Immunosuppresseurs
Le traitement oral utilise soit des médicaments qui diminuent l’activité du système immunitaire (des « immunosuppresseurs » comme les thiopurines, le méthotrexate, les 5-amino-salicylés ou la ciclosporine), soit des médicaments qui bloquent l’action de certaines substances immunitaires comme, par exemple, le TNF alpha (Embrel®, Humira®, Remicade®, Stelara®, Simponi®).
Le TNF alpha (Tumor necrosis factor) est une protéine qui est fabriquée en excès au cours de certaines maladies inflammatoires. Les anti TNF alpha en bloquent l'action.
Le choix dépend de la gravité et des poussées

Précautions d'emploi:

Avant la mise en route du traitement par un médicament anti-TNF, un bilan préalable est effectué pour dépister une éventuelle infection, même bénigne. En effet, ces médicaments peuvent diminuer la résistance aux infections. Un bilan dentaire est également effectué pour dépister une infection des dents qui pourrait se compliquer en infection des valves du cœur. Si une infection est dépistée, elle est traitée par des antibiotiques avant la mise en route du traitement anti-TNF, qui sera administré par injections, soit intraveineuse à l’hôpital de jour, soit sous-cutanée (par une infirmière ou le patient lui-même). Ensuite, les patients sont suivis régulièrement pour dépister au plus tôt d’éventuelles infections.

Le traitement par interférons provoque souvent un syndrome pseudo grippal. Il peut être prévenu par l'administration de paracétamol à raison de 1g toutes les 6 heures pendant 24 heures en commençant un prise 30 minutes avant l'injection.

 

Contre indications:

Tuberculose ou autre infection évolutive, certaines insuffisances cardiaques, grossesse. Les interférons sont contre indiqués en cas de dépression sévère et/ou d'idées suicidaires.

 

Cas particulier de la sclérose en plaques
Le traitement de fond de la sclérose en plaques n'améliore pas les symptômes et les handicaps présents, mais il permet de réduire la fréquence des poussées et ralentir voir stabiliser le handicap.
En première intention, les interférons bêta 1a (Avonex® et Rebif®) et bêta 1b (Betaferon® et Extavia®) et le glatiramère (Copaxone®) sont prescrits.
En cas d'échec et pour les formes plus progressives, un traitement immunosupresseur par natalizumab-Tysabri et fingolimod-Gilenya.
Le mitoxantrone (
Elsep®) est réservé aux formes très agressives.

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Médicaments, horaires alimentation

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

  MALADIES AUTO-IMMUNES »  
         
         
       

Accompagner une maladie auto-immune par Oligothérapie

© Annette Shaff | Dreamstime.com Oligosol®

Cuivre

Le cuivre est un puissant anti-inflammatoire: Selon Sorenson, le cuivre potentialiserait 20 à 30 fois l'activité des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) par formation d'un complexe, sans effet indésirables au niveau de l'estomac. Il est dans ce cas administré à raison de une prise 5mn après celle de l'AINS. Des études plus récentes montrent une action directe du cuivre sur les interleukines: IL1, IL2 et IL6.
Oligosol®

Manganèse

Le Manganèse est immunomodulant. il est aussi la médication biocatalytique de tous les états arthritiques

  • la posologie peut varier de 1 prise par semaine à 2 prises par jour. Au départ, la prise de manganèse peut accentuer les phénomènes allergiques de façon transitoire mais importante; cela montre une réponse positive au traitement mais nécessite sa suspension pendant une dizaine de jours.
  • L'oligoélément est ensuite repris à la posologie de une prise toutes les une à deux semaines, en association à du phosphore, élément complémentaire des oligoéléments de base manganèse, manganèse-cuivre, cuivre-or-argent (une prise par jour).

Avant de prendre ce traitement, consultez notre fiche conseil : Oligothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Accompagner une maladie auto-immune par homéopathie

Les maladies auto-immunes sont des maladies trop invalidantes pour être soignées par simple automédication.



Le traitement homéopathique doit être prescrit par un médecin homéopathe. Il ne dispense pas des traitements conventionnels.

Traitement curatif

Médicaments d'action générale et locale
  • Aurum metallicum: Douleur nocturne profonde ressentie comme osseuse sur fond de dépression maniacodépressive.
  • Phosphorus: évolution rapide avec aggravation des images radiologiques, alternance de poussées évolutives et de phases quiescentes.
  • Arsenicum album: si chaque poussée évolutive dépasse la précédente en gravité. Notion de périodicité des poussées, anxiété.
Médicaments de diathèse

 

Lien utile: Aspect homéopathique du trouble auto immun
Stimulation de l'immunité
  • Colibacillinum en cas de cystites à répétition, œdème de l'angle interne de la paupière droite, météorisme abdominal, asthénie avec perte de mémoire, indécision, hyperémotivité, frilosité améliorée par le lait, le froid, le bord de mer.
  • Sérum de Yersin utilisé en cas de grippes graves avec syndrome toxique et effondrement des défenses immunitaires
  • Aviaire: fragilité respiratoire avec récidive au moindre froid humide et systématiquement lors des épidémies.
Fibromyalgie
  • Curare 4CH
  • Formica rufa 5 CH
  • Acide acetylsalicylique 4 CH

 

Drainage homéopathique

Alterner un jour sur deux en prenant une ampoule en sublingual de Cartilage D8 et Ligament D8

Erythrite D8 et Pyrolusite D8, une ampoule de chaque au matin
Glauconie D8 et Dolomite D8, une ampoule tous les soirs

PTI Le purpura thrombopénique idiopathique désigne l'éruption de petites taches rouges sous la peau qui peuvent apparaitre sur une ou plusieurs parties du corps. Il s'agit d'une maladie du sang acquise fréquente aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Ces taches de sang sont liées à la diminution du nombre de plaquettes (ou thrombocytes)

Crotalus horridus
permet de stimuler la production de plaquettes  Sucer 3 granules en 7 CH 3/j

 

Carpinus betulus (Macérât glycériné de bourgeons de charme): les bourgeons de charme ont des propriétés anti-inflammatoires, eutrophique de la muqueuse sinusale, et corrigent les thrombopénies. Ils normalisent le temps de saignement, augmentent le nombre de plaquettes ainsi que leur qualité cytologique (agglutination).

Prendre 1 goutte par kg de poids corporel par jour de Bg MG 1DH. A diluer dans un grand verre d'eau et à prendre de préférence avant les repas


Phosphorus en cas d'hémorragies associées
Rectocolite Hémorragique Traitements de constitution
Natrum muriaticum
Lycopodium
Arsenicum album
Staphysagria
Argentum nitricum

Traitements symptomatiques
China en cas de selles diarrhéiques muqueuses, indolores avec hémorragie de sang noir
Ipeca en cas de selles un peu douloureuses, avec tenesme et teintées de sang rouge vif.
Phosphorus
Mercurius corrosivus: diarrhée peu abondante, avec tenesme constant et expulsion explosive de mucosités sanguinolentes
Mercurius cyanatus si atteinte plus maquée de l'état général avec réaction hépatique
Mercurius dulcis si localisation de la douleur essentiellement au niveau rectal.
Nitricum acidum
En fonction des symptômes
  • Apis mellifica 5CH 3 granules 5 à 6/jour si œdème important
  • Causticum 7CH si latéralité droite avec sensation de brulure comme de la chaux vive amélioré par la chaleur humide

Avant de prendre de l'homéopathie, consultez notre fiche conseil : Homéopathie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Maladies auto-immunes et phytothérapie

Plantes à éviter
L'Echinacée (echinacea angustifolia, pallida et purpurea) est contre indiquée en cas de maladies auto-immunes, car elle provoque l'effet inverse, elle stimule le système immunitaire et risque d'aggraver les symptômes
Plantes immunomodulatrices

Ortie

Ortie Arkogélules®

 

Cette plante a une action pouvant empêcher cette cascade inflammatoire dans les maladies auto-immunes...

Cette plante provoquerait une inhibition partielle de la 5-lipoxygénase, de la cyclo-oxygénase, une inhibition de la synthèse du leucotriène B4 et des prostaglandines, inhibition des cytokines des lymphocytes T; médiateurs de la douleur et du processus inflammatoire.


Pour en savoir plus sur l'ortie, consultez notre fiche conseil:
Ortie
Bouillon blanc Plante anti-inflammatoire Tisane 10g de plante
Plantes actives sur les colites inflammatoires
Boswellia Serrata Le Boswellia, encore appelée oliban ou encens est une plante originaire d’Afrique ou d’Asie, connue pour ses propriétés anti-inflammatoires. Le principal composant actif est l'acide boswélique.
Cette plante a fait l’objet de plusieurs études qui ont révélé une efficacité dans les maladies inflammatoires
comme l’arthrite, les colites ulcéreuses et l’asthme.
On utilise la résine de cette plante
La posologie constatée est de 150 à 200 mg 3 fois par jour d’extrait contenant au minimum 60% d’acides boswéliques. 4 à 8 semaines peuvent être nécessaires pour en ressentir les effets thérapeutiques.
Contre-indication : Grossesse.
Les résultats de 2 essais cliniques menés auprès de patients souffrant de colites ulcéreuses ou chroniques laissent supposer que la résine de Boswellia peut être aussi efficace que la sulfasalazine pour enrayer l’inflammation du tube digestif.

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Phytothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Moduler les maladies auto-immunes par gemmothérapie

  Mg anti-inflammatoires:

Ribes nigrum (Cassis bourgeon) est intéressant contre la phase primaire de l'inflammation. Les bourgeons de cassis stimulent la corticosurrénale, activent les macrophages et permettent la maturation globale du système immunitaire dans la prévention des maladies chroniques.
De par son action "cortisone like", il est préférable de la prendre le matin au réveil pour respecter la chronobiologie de la surrénale. Il peut être donné aux jeunes enfants comme aux adultes  à la posologie de 1mg/Kg/jour  le matin chez l'enfant et 50 à 100 gouttes le matin pour un adulte.

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Gemmothérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Agir sur les maladies auto-immunes par aromathérapie 

Contre indiqué chez les enfants de moins de 12 ans, déconseillé pendant la grossesse et l'allaitement
Les huiles essentielles immunomodulantes

HE ciste ladanifère (Cistus ladaniferum)

Plante d'origine Corse. On utilise les rameaux. Antivirale, hémostatique et astringente, cicatrisante, immunomodulante, neurotonique.

HE de Lemongrass
(Cymbopogon citratus)
Cette plante aromatique est aussi appelée verveine des Indes.
Cette huile essentielle possède une action anti-inflammatoire et immunomodulante

HE Estragon (Artémisia dracunculus) L'estragon est aussi nommée: Nommée « petit dragon ». Son huile essentielle aurait des propriétés immunomodulantes.
Elle est parfois recommandée à raison de 2 ou 3 gouttes par jour à avaler sur un support (sucre ou comprimé neutre). Toutefois, aucune étude clinique ne justifie cet usage.

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Aromathérapie

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Agir sur les maladies auto-immunes par nutrithérapie

Compléments alimentaires à éviter
Alfalfa la L-canavanine contenue dans l'alfalfa serait à l'origine de certaines maladies auto-immunes. Une relation directe entre l'apparition de lupus érythémateux chez le singe et la L-canavanine a été démontrée*.

*Effects of L-canavanine on T cells may explain the induction of systemic lupus erythematosus by alfalfa
Vitamines protectrices

Vitamine D

La vitamine D permet d'inhiber l'immunité acquise impliquée dans certaines maladies auto-immunes.
Pour en savoir plus, consultez notre fiche conseil:
Vitamine D
Pilules d'huile de poisson par Petr Kratochvil
Association antioxydants + oméga 3
KretoA
Un apport riche en Oméga 3 et en Antioxydants : vitamines C et E, polyphénols et caroténoïdes, permet un effet "antirouille" et limite l'oxydation des cellules. Ces molécules limiteraient les réactions inflammatoires

Avant de procéder à ce traitement, consulter attentivement notre fiche conseil : Probiotiques

 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

 

MALADIES AUTO-IMMUNES »

 
         
         
       

Quand faut-il consulter un médecin?

Surveiller les signes suivants

© Tibor Varga | Dreamstime.com

  • Toutes ces molécules ont des propriétés immunosuppressives, ce qui majore le risque d'infection.

    Consultez ainsi rapidement votre médecin en cas de signes infectieux: fièvre, toux...

  • Après une infiltration de corticoïdes, si la douleur devient plus importante au bout de 48 heures ou en cas d'apparition de fièvre (infection au niveau de l'articulation).
  • En cas de désir de grossesse, consulter votre spécialiste dès le désir de conception afin de modifier votre traitement et de prendre un traitement compatible avec une grossesse.
Dans ces cas, une consultation médicale s'impose
 
 

MA PHARMACIE EN LIGNE »

  MALADIES AUTO-IMMUNES »  


Index juridique

Déclaration d'intérêts: L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

Cet espace de conseils sur les médicaments et la santé ne remplace en aucun cas le diagnostic et les conseils d'un médecin ou d'un pharmacien.

Les informations mises à jour et publiées sur ce site sont à titre strictement indicatifs. Il ne faut en aucun cas utiliser ces informations à but de diagnostic. Nous ne pourrons pas être tenu responsable d'une mauvaise interprétation de son contenu ni de l'état de santé du lecteur, qu'il soit antérieur ou ultérieur à la consultation de ces fiches conseil.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Sites de santé de confiance certifiés HONcode: